Atiq Rahimi, afghan exilé en France, a reçu le prix Goncourt pour son premier livre écrit en français : Syngué Sabour, paru chez P.O.L..
Toutes mes félicitations à lui.
Pas précisément pour avoir emporter le Goncourt face à Jean-Marie Blas de Roblès, Michel Le Bris ou Baptiste Del Amo, mais pour avoir reçu le Goncourt pour son premier livre écrit en français.
J'admire ces auteurs qui s'attachent à écrire dans une langue étrangère et réussissent ce pari.
Imaginez-vous toutes les difficultés qui les ont traversées pour réussir à rendre compte de leur univers dans une langue qui n'est pas la leur ?
Ont-ils seulement pensé dans leur langue ?

*Jeanne lit tout le temps, écrit quelquefois, photographie tout et rien.*

PS : je reviendrai sur cette réflexion en abordant la traduction.