oublié le temps du printemps,
oublié le chant des oiseaux,
oubliés..
perdus..

oublier ce train qui prend son élan..
oublier les moments où tu avais 15 ans, 20 ans,
perdue l'insouciance

et tu n'attends plus rien,
tu restes las.
à te réfugier dans un rêve qui n'est pas le tien,
tu te perds encore.

dédale, méandre d'une douce folie,
tu ne sais où t'accrocher,

tu aimerais courir mais elle te retient
tu aimerais l'enlacer mais elle t'ignore

que fuir alors ? que faire ?
il ne te reste qu'à repeindre,
et retrouver ses couleurs,
et..
peut-être..

peut-être alors t'en souviendras-tu,
peut-être retrouveras-tu,
ce goût suave qui te plaisait tant,
il s'est esquissé quelque part,
s'est dessiné là, dans son sourire..

oui
là..
tu y es..
maintenant, retrouve-là,
dans ses rêves aériens,
et murmure-lui ce que tu sais d'elle...

dans son sommeil,
son sourire.