au diable ou d'Icare
qu'est-ce qui nous pousse à écrire
qu'est-ce qui me pousse à écrire
ce n'est pas toi, toi qui ne me lit plus ne me dit plus
ce ne peut être toi puisque ces mots ont toujours été là
semblent avoir été toujours là, en moi
mais qu'est-ce qui me pousse
quelle frénésie, quelle folie
d'où puise-t-on tous ces mots qui sans cesse s'alignent s'épellent s'égrènent et se défilent
d'où me vient ce besoin pressent pressé sans appel
d'où ça vient
et comment est-ce tout aussi vital que de respirer
à parfois croire que cela vient du coeur et de ses émois de ses désarrois
à ne plus croire en rien
tout autour à écrire tout autour à défaire manier délier
que ce soit en soi en dehors ailleurs
écrire
à n'écrire que sourd à n'écrire que contraint
et là..
à aligner encore un mot puis un autre
ne faire que ça
sans but sans destination
n'être que là
encore.. n'être que là
qui tire les ficelles
qui
qui m'étreint et le corps et le coeur
où se trouve la raison cette raison
quelle folie
puis-je me contenter de cela
d'écrire
encore
juste parce que là mon chez moi mes mots
ce n'est pas même un dialogue pas même entre moi
pas même avec toi
peu importe
mais qui me porte qui me pousse
des larmes venues d'une tristesse
des larmes souriantes à s'être posé là où le rêve est possible
pas même ça
alors
aucune réponse
pas même là
rien de clair rien de figé rien
et qui s'en contenterait

alors j'ai rêvé
me suis encore posée là
me suis laissée attendrir
je les ai suivis
juste que là
sans rien de plus autour