comme cela manque les jours sans être dans ces blancs
comme cela m'a manqué de ne rien poser..
comme de ne plus lire
il me semble même que ce soit bien pire que sans inspiration
quoi que..
mais être empêchée alors même que tout presse
quel supplice..
et s'insèrer là
avancer un mot après l'autre
plus fluide plus libre
se sentir plus légère alors
pouvoir s'échapper
laisser libre cours
et à nos musiques et à nos peintures
à ce qui nous tient
rien de mieux pour nous
que de nos pinceaux, de nos oreilles, en nos mains
ne viennent que les douceurs, les légèretés..
empêcher toutes lourdeurs
parfois oui.. le son se fait grave..
parce que, malgré tout, quelques rages nous prennent

retrouver alors quelque musique qui ballade

et se voir là nul part au milieu de souriant à rien souriant au vent
ne sentir aucun poids ne rien sentir que la pluie qui se glisse
cette pluie qui n'ose pas, semble-t-il, se poser
et puis voir s'ouvrir quelques mots, quelques bras
tendre une main
et laisser libre cours à ses envies à ses inspirations
ne se poser que là parce qu'on y est bien
n'être que là parce que là est chez nous
rien ne compte plus que les violons que ce son
rien ne compte plus que cette promenade


à tes côtés
main dans la main