et je m’écorche et je tombe
je ne suis pas dans ce champ
je serais plutôt contre
mais tout n’est pas gris écorché
une par une les marches
sans précipitation sous la pluie
carillon
ce n’est pas une erreur
cette route mène bien quelque part
elle n’a pas d’autre choix
un hère hèle à hue et à dia
il a perdu ses ailes
il ne volera plus
mais la terre ne tourne plus
c’est nous qui la glissons sous quelques rouages
et puis bleue ou orange peu importe
je m’écorche et je tombe
et me relève par un hasard déplacé
je resterai bon gré mal gré
puisque la corde tire
et de ce fil tissé
de ces ficelles tirées
nous arriverons bien à nous poser
sur quelque nuage de coton
nous laissant voir
un manège de chevaux de bois
des fleurs de fer
des fils de terre
et cette bouffée d’air